Argumentaire

Psychologue de l’Education nationale : un corps « adolescent » ?

Perspectives et enjeux de la psychologie dans les champs de l’éducation, du développement et de l’orientation

Dans l’histoire de notre profession, 2017 sera l’année de création du corps unique de psychologues de l’EN. Indéniablement, cette création devrait éclairer sous un jour nouveau les missions déjà existantes dans le premier et le second degré ainsi que le supérieur.

Voilà donc que les conseiller.e.s d’orientation psychologues, spécialistes de l’accompagnement, des transitions et des constructions identitaires se retrouvent eux-mêmes pris dans un processus dynamique et dans une construction à venir qui ne sont pas sans rappeler quelques caractéristiques développementales propres à la période adolescente.

De ce point de vue, ces JNE se devaient de prendre en compte quelques notions « développementales »  en rapport avec la cohérence, la structuration, la place, et la reconnaissance de ce corps.

Comment par exemple dans les transformations à venir, trouver de la cohérence au plan de nos pratiques en établissement et en CIO auprès du public jeunes et adultes ?

Quelles postures professionnelles spécifiques développer avec ses pairs en CIO au regard des cadres d’intervention, des habitudes collectives de travail et de sa propre histoire et formation?

Quelles places prendre dans le cadre et les missions du service public à l’intérieur de la communauté éducative et hors de cette institution ?

A partir de quels positionnements  méthodologiques, éthiques concevoir sa pratique de psychologue ?

Comment saisir cette mutation pour contribuer à une évolution de l’Ecole qui permette de mieux prendre en compte une forme de bienveillance, d’empathie, et de travail à un climat serein, propice et bénéfique aux apprentissages ?

Comment va se décliner notre professionnalité dans un contexte marqué par des problématiques comme celles de la radicalisation, du harcèlement, de la violence, des événements traumatiques…. Nos sociétés sont en effet de plus en plus confrontées à ces phénomènes liés aux mutations et à la crise sociétale que nous traversons.

Mais au-delà des intentions et des motifs qui peuvent expliquer ce recours à la psychologie en milieu scolaire, n’y a-t-il pas une opportunité à saisir : celle de faire reconnaitre la psychologie au sein de la communauté éducative tout en interrogeant la place de la psychologie à l’Ecole ?

Ainsi, beaucoup d’acteurs de l’Ecole sont sensibilisés à la psychologie de l’éducation et du développement, mais quelle place accordent-ils à la psychologie dans le champ de l’orientation ?

Enfin, quelle spécificité sera reconnue au psychologue de l’Education nationale en des temps où  tout profane tant en psychologie que dans le domaine de l’orientation peut se persuader d’être un initié ?

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page